S'inscrire maintenant

S'identifier

Mot de passe perdu

Mot de passe perdu? S'il vous plaît entrer votre adresse e-mail. Vous recevrez un lien et créez un nouveau mot de passe par e-mail.

Ajouter un enregistrement

Vous devez vous connecter pour ajouter après .

S'identifier

S'inscrire maintenant

Bienvenue sur Scholarsark.com! Votre inscription vous donnera accès à l'utilisation de plus de fonctionnalités de cette plate-forme. Vous pouvez poser des questions, apporter des contributions ou de fournir des réponses, Voir les profils d'autres utilisateurs et bien plus encore. inscrire maintenant!

Les agriculteurs commencent essai sur le terrain pour la capture de carbone avec des champignons: Les premiers essais sur le terrain à l'aide de champignons pour réduire le carbone dans l'atmosphère sont en cours en Australie

Comme les émissions de dioxyde de carbone augmentent dans l'atmosphère, les scientifiques du monde entier cherchent des solutions telles que la séquestration du carbone. Ce procédé capture du dioxyde de carbone, retirer de l'atmosphère pour le stockage à long terme.

Un groupe d'agriculteurs australiens travaille avec les chercheurs pour exploiter la puissance des champignons dans les sols. Dans les conditions sèches du paysage australien, l'augmentation des niveaux de carbone du sol peut aider à la rétention d'eau, la stimulation des conditions pour l'agriculture.

En même temps, en capturant les producteurs de carbone peuvent contribuer à résoudre le problème de l'augmentation des gaz à effet de serre, les changements climatiques et le réchauffement climatique.

Les agriculteurs Mick Wettenhall et Jack Farthing ont complété la plantation extensive des parcelles d'essai utilisant des champignons nouvellement isolés pour la séquestration du carbone de masse sur leurs propriétés d'élevage mixtes et des grains à leurs fermes respectives dans Trangie et Forbes, aussi bien en Nouvelle-Galles du Sud.

Les champignons ont été isolées à l'origine dans les sols autour du bassin de Sydney et en laboratoire et testées recherche par une équipe glasshouse dirigée par Peter McGee de l'Université de Sydney, Australie.

Les resultats, signalé dans un document publié dans la revue La recherche du sol, showed that particular strains of melanised endophytic fungi (MEF) have the potential to increase levels of organic carbon in controlled soil laboratory experiments.

MEFs, also known as dark septate endophytes, are a broad group of melanin-producing species that live within plants. The melanin produced by the fungi is a stable form of carbon which does not break down as easily as linear carbon compounds.

When integrated into soil the effect is two-fold. It increases soil carbon levels and contributes towards long-term carbon storage.

The laboratory research has now progressed into the first field tests.

Researcher Guy Webb from SoilQuest has fun with fungi, all in the name of science.
Researcher Guy Webb from SoilQuest has fun with fungi, all in the name of science. Crédit: SOILQUEST

The process starts with inoculating plant seeds with the fungi. The seeds are then added to a planter for later sowing. The researchers claim that once the process is increased in scale the approach could potentially draw gigatons of carbon from the atmosphere.

SoilCQuest, the not-for-profit agricultural organisation trailing the new microbial technology, hopes the fungi could both increase agricultural productivity and be a viable long-term carbon capture strategy. The research was recently featured in a 2018 award-winning documentary, Grassroots, part of Australia’s popular SCINEMA film festival.

“Soil microbiology has historically been a largely underrated area of science,” says the organisation’s Guy Webb.

“Little has been known about the complex ecosystems that live under our feet, yet of the plants we eat, none exist naturally without the interaction of tiny organisms such as bacteria, champignons, and nematodes.

“Soil is the largest terrestrial carbon sink on the planet, managed by the people with the most to lose from climate change: Les agriculteurs. We are hoping that our trials will show that it can be easy and economical for them to transfer carbon from the air and secure it in their soil.”

Back on the farm, Wettenhall sees the need for rapid adaptation measures. “The only way we as farmers can currently mitigate our risk against climate change is by increasing our soil carbon levels," il dit.

“We simply must develop reliable and adoptable technologies to do this for our industry to move forward into the future.”


La source: cosmosmagazine.com

Sur Marie

Laisser une réponse

Brillamment sûr et Centré sur l'étudiant Plateforme d'apprentissage 2021